Activités

De l’autre côté de la ville de Banksy

De l’autre côté de la ville de Banksy :

réflexions critiques sur DISMALAND

Mardi 24 novembre 2015 : 12h30-14h salle 2109

Animé par

Alexia Bhéreur-Lagounaris

Banksy est un des pionniers de l’art urbain. Il est reconnu pour sa capacité d’intégrer un message de manière unique et percutant, parfois politique, souvent idéologique. Choisissant des endroits secrets pour son art sauvage, ses œuvres pouvant être vues librement, au hasard de nos parcours dans la ville. Avec DISMALAND appelé ici un Bemusement Park, projet qui moque Disneyland de manière fort cynique, il vient proposer avec une quarantaine d’artistes, un tout autre rapport entre l’art, l’espace et le spectateur. Passant de citoyen libre dans la ville à un visiteur pris dans monde immersif avec murs, files d’attentes et déambulations précises. Dans Dismaland, le spectateur devient alors captif, ce qui n’est pas sans conséquence sur son message… 

 

*****

Tous les séminaires-midi sont gratuits et ont lieu au centre Urbanisation Culture Société de l’INRS, 385, rue Sherbrooke Est, Montréal. Inscription et information : LaboVESPA@UCS.INRS.Ca

 http://www.labovespa.ca/

Apportez votre lunch !

Crédit photo : Alexia Bhéreur-Lagounaris

VESPA en 360 Nouveautés

12.2009 | Reportage de Julien Rebotier

Paysage urbain et relations socio-spatiales à Caracas

A l’échelle de l’agglomération, le paysage urbain de Caracas présente les particularités d’une mosaïque socio-économiques dans une vallée intra-montagneuse située à environ 1000 mètres d’altitude au sud de la chaîne de l’Avila, qui s’élève en arrière-plan des photos 1 et 2, et qui sépare la ville de la mer Caraïbes.

En savoir plus »


09.2013 | Danielle Labbé et Julie-Anne Boudreau

colloque Inter-Asian Connections IV- 3 -5 octobre

En savoir plus »




04.2012 | Reportage de Marilena Liguori

‘Mange ta ville’ : ‘Toronto a la Cart’ et la promotion de la diversité ethnoculturelle

Toronto se vante d’être « une des villes les plus multiculturelles dans le monde ». D’un point de vue démographique, ceci semble être vrai car environ la moitié de sa population est née à l’étranger et plus de 140 langues et dialectes y sont parlées¹. Mais est-ce la présence d’immigrants qui rend une ville « multiculturelle » ? Qu’est-ce que cette auto-proclamation veut dire pour la ville de Toronto ?

En savoir plus »