Projets de recherche

Jeunes

Le VESPA travaille beaucoup avec les jeunes, le cœur de nos préoccupations étant de comprendre comment ils se constituent en acteurs sociopolitiques. Nous ne définissons pas la jeunesse en référence à un âge biologique, mais plutôt en lien avec une période distincte dans les trajectoires de vie. Être jeune, c’est vivre des transitions et graduellement acquérir de l’autonomie. La jeunesse se caractérise donc par une certaine volatilité et une dispersion d’énergies. C’est un âge marqué par les essais-erreurs, l’improvisation, l’exploration.

La jeunesse, au sens d’un rapport discontinu et improvisé au temps et à l’espace de la ville, est un âge qui tend de plus en plus à se prolonger puisque les conditions de stabilité qui marquaient les générations précédentes (un emploi salarié, le mariage, les enfants) s’effritent. Être jeune ne veut pas dire tout à fait la même chose à Hanoi, Mexico, ou Montréal, compte tenu des variations culturelles et socioéconomiques entre ces villes. Mais le VESPA cherche à saisir les similarités dans l’agir des jeunes à travers le monde, puisque nous posons l’hypothèse que l’agir jeune est probablement le mieux adapté à l’agir urbain.

VESPA en 360 Nouveautés


09.2013 | Danielle Labbé et Julie-Anne Boudreau

colloque Inter-Asian Connections IV- 3 -5 octobre

En savoir plus »



04.2012 | Reportage de Marilena Liguori

‘Mange ta ville’ : ‘Toronto a la Cart’ et la promotion de la diversité ethnoculturelle

Toronto se vante d’être « une des villes les plus multiculturelles dans le monde ». D’un point de vue démographique, ceci semble être vrai car environ la moitié de sa population est née à l’étranger et plus de 140 langues et dialectes y sont parlées¹. Mais est-ce la présence d’immigrants qui rend une ville « multiculturelle » ? Qu’est-ce que cette auto-proclamation veut dire pour la ville de Toronto ?

En savoir plus »


12.2009 | Reportage de Julien Rebotier

Paysage urbain et relations socio-spatiales à Caracas

A l’échelle de l’agglomération, le paysage urbain de Caracas présente les particularités d’une mosaïque socio-économiques dans une vallée intra-montagneuse située à environ 1000 mètres d’altitude au sud de la chaîne de l’Avila, qui s’élève en arrière-plan des photos 1 et 2, et qui sépare la ville de la mer Caraïbes.

En savoir plus »